Le président du Venezuela sur la pente de la destitution

lundi 29 mars 1993

  PEREZ Carlos Andres     L’HUMANITÉ     LE PENNEC-ESCARPIT Françoise

Le fantôme de l’ex-président brésilien, Fernando Collor de Mello, erre dans les couloirs de la vie politique vénézuélienne. Carlos Andrés Pérez pourrait être le deuxième chef de l’Etat à être destitué pour corruption en Amérique latine.

AU milieu d’une crise économique sans précédent, dans un climat de violence politique et sociale, de menace de coup d’Etat, avec un parti Action démocratique (AD) totalement divisé et une impopularité proche des 100%, Carlos Andrés Pérez, par ailleurs vice-président de l’Internationale socialiste, entame la dernière année de son mandat. La Cour suprême de justice doit se réunir dans les prochains jours pour se prononcer définitivement sur la requête de l’inspecteur général des Comptes de la nation (« Fiscal general »). Ramon Escobar Salom demande l’ouverture d’un procès contre le président de la République et deux de ses anciens ministres, Alejandro Izaguerre, ex-ministre de l’Intérieur, et Reinaldo Figueredo, ancien ministre de la Présidence, pour malversations et détournements de fonds.

Lire la suite sur Humanite.fr