Le putsch de Caracas fait trembler l’Amérique latine

Alors que l’ensemble du sous-continent est revenu à la démocratie, cette tentative de coup d’Etat est una avertissement sérieux

jeudi 6 février 1992

  PISANI Francis     CHAVEZ Hugo     PEREZ Carlos Andres     GAZETTE DE LAUSANNE

Los généraux ont quitte le pouvoir il y a 34 ans au Venezuela, mais le président Carlos Andres Perez a eu beau dénoncer, une fois l’émotion passée, « l’action honteuse d’officiers ambitieux », la tentative de coup d’Etat de mardi s’inscrit dans une logique parfaitement compréhensible sur place et qui affecte tout le continent.
Les militaires qui proviennent en majorité des classes moyennes et pauvres (on remarquera que l’opération n’était pas dirigée par des officiers supérieurs) souffrent de l’inflation comme tout le monde et ont été frappés par la suspension des • subsides dont ils bénéficiaient pour le logement. Nombre d’entre eux n’avaient pas approuvé que Carlos Andres Perez, dans un effort pour résoudre le conflit frontalier qui oppose son pays à la Colombie, reconnaisse que le voisin avait « quelques petits droits » sur le golfe du Venezuela... connu pour ses richesses pétrolières.

http://www.letempsarchives.ch/Repository/getFiles.asp?Style=OliveXLib:LowLevelEntityToSaveGifMSIE_LETEMPSFR&Type=text/html&Locale=french-skin-custom&Path=GDL/1992/02/06&ChunkNum=-1&ID=Ar00300&PageLabel=3