Le Venezuela, test pour la démocratie

Election présidentielle dans une atmosphère de violence

samedi 30 novembre 1963

  BETANCOURT Romulo     LEONI Raúl     JOURNAL DE GENÈVE     PAYOT René

C’est dans une atmosphère de violence que se dérouleront dimanche prochain les élections présidentielles au Venezuela. Ce pays, l’un des plus riches de l’Amérique du Sud, le troisième producteur de pétrole du monde, est depuis quelques années le champ d’action des terroristes qui s’attaquent aux gens et aux choses, multiplient les attentats et s’en prennent aux biens appartenant à des étrangers.

Groupés dans une association appelée pompeusement « Forces armées de libération nationale », ces individus dont les uns se rattachaient au parti communiste et les autres au Mir, mouvement révolutionnaire de gauche, tous deux récemment dissous, s’inspirent en fait de Castro, qui vit dans leur voisinage. Ils voudraient introduire au Venezuela son régime autoritaire, fortement antiaméricain et influencé à la fois par Moscou et par Pékin.

Mais ils n’ont pas les masses avec eux. Les grands syndicats des industries pétrolières, sidérurgiques, textiles et des transports échappent à leur influence, de sorte qu’ils ne parviendront pas à s’emparer du pouvoir

  Dans la même rubrique